Bottes pantoufles Fauve

S5sbWsPubR

Bottes pantoufles - Fauve

Bottes pantoufles - Fauve

INFORMATIONS ARTICLE

Chaussons par ASOS
  • Tige douce au toucher
  • Doublure molleton
  • Longueur cheville
  • Semelle antidérapante
  • Nettoyer les taches avec une éponge humide
  • Tige : 100% textile
Bottes pantoufles - Fauve Bottes pantoufles - Fauve Bottes pantoufles - Fauve Bottes pantoufles - Fauve
Loungeable Chaussons motif chat
Mon compte Mango Sweatshirt manches longues avec badge appliqué
À LA UNE : 

Les électeurs partagés entre vote utile contre vote d’adhésion

  • Vero Moda Top cachecœur à fleurs avec manches froncées
  • Autres dates
  • De fait, « la volonté de s’assurer qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue » est, de loin (76 %), la première motivation de ceux ayant voté pour un candidat REM/MoDem dimanche, selon une enquête Harris Interactive. Globalement, l’électorat d’Emmanuel Macron, formé principalement par les plus de 35 ans, se divise entre ceux qui ont voté « utile » (43 %) et ceux qui ont exprimé un véritable « vote d’adhésion » (49 %) aux réformes promues par le gouvernement d’Edouard Philippe pendant la campagne.  « Il y a, chez les classes moyennes supérieures, une volonté que le pays avance, que les réformes puissent se faire » , observe Vincent Martigny.

    Le souci d’efficacité prime. Avec une très large majorité à l’Assemblée, Emmanuel Macron pourra mener ses réformes au pas de charge, sans nouer des alliances toujours synonymes de compromis et de risques d’instabilité politique. Sa majorité devrait même être absolue sans l’apport du MoDem, qui ne sera donc plus un allié incontournable. Dans ce nouveau contexte politique, le recours aux ordonnances pour réformer le droit du travail pourrait même ne plus s’imposer.

    Plus d’abstentionnistes que de votants

    Mais ce succès électoral du premier tour n’est pas non plus un blanc-seing aux réformes.  « Il reflète aussi un désir très profond de renouvellement de la classe politique » , ajoute Vincent Martigny, citant la défaite de nombreuses personnalités au profit d’une  « armée de novices » . La victoire d’un parti créé il y a seulement un peu plus d’un an s’inscrit en ce sens dans le cadre du « dégagisme », selon l’expression popularisée par Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne présidentielle.

    À LIRE :  Jupe mi longue siglée Nike

    Cette large victoire annoncée doit également être relativisée par l’abstention record – 51,29 % – qui a marqué ce premier tour de scrutin. Un niveau jamais atteint depuis les débuts de la Ve République. Il est de plus de 8 points supérieur à 2012, considéré déjà comme un pic d’abstention historique pour une élection législative. «  Il y a eu plus d’abstentionnistes que de votants,  tient à souligner Céline Braconnier, directrice de Sciences-Po Saint-Germain-en-Laye (1).  Si on tient compte des 11 % qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales, on est à beaucoup moins d’un Français sur 2 qui s’est exprimé dimanche. »

    Cette démobilisation confirme une tendance à l’œuvre depuis 1993 et qui s’est accentuée dans les années 2000 avec la réduction du mandat présidentiel. Organisées dans la foulée de l’élection présidentielle, les législatives sont devenues un scrutin de confirmation. La désaffection des électeurs pour cette élection montre qu’ils ont conscience au moins  « intuitivement » , estime la politologue, de la place secondaire occupée par le Parlement dans les institutions.

  • Jeffery West Murphy Bottines Chelsea en daim Noir
  • Veste Fisherman Chevignon
  • "Donnons des elles au tour J-1"

    Laetitia Martinez, vice-présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté chargée des Sports, a rencontré les cyclistes féminines du projet « Donnons des elles au vélo J-1 », à Nuits-Saint-Georges, ce jeudi 6 juillet.

    Tshit print fleurs avec effet cadre Ikks
    Vila Doudoune longue
    Bankleitzahlen
    Tshirt manches longues Trocadero Claudie Pierlot

    Laetitia Martinez, vice-présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté chargée des Sports, a la rencontre des cyclistes féminines du projet « Donnons des elles au vélo J-1 »

    © crédit : Région Bourgogne-Franche-Comté

    Depuis 2015, des femmes cyclistes se lancent à l’assaut des étapes du Tour de France, en réalisant le même trajet que leurs homologues masculins, un jour avant. L’objectif ? Promouvoir la pratique du cyclisme par les femmes en rappelant que l’exigence de la discipline de l’épreuve « reine » n’est pas affaire de genre.  « Ces actions, qui visent à permettre aux femmes une place et une visibilité équitables au sein du monde sportif, doivent être relayées et portées par les politiques publiques. »  affirme Laetitia Martinez, vice-présidente de la Région chargée des sports. 
    Présente dans le cadre du soutien de la Région aux 5 étapes du Tour de France qui se déroulent sur le territoire, Laetitia Martinez, s’est donc rendue à la rencontre des cyclistes femmes, à Nuit Saint-Georges.  « La région fait du développement de la pratique du sport par les femmes une priorité de sa politique sportive, c’est pourquoi il est important pour moi d’affirmer mon soutien aux actions qui y concourent en m’associant à cet évènement remarquable. »  Une occasion aussi de médiatiser les épreuves féminines et de confirmer que les cyclistes féminines peuvent tout à fait réaliser la même course et faire vibrer le public de la même manière que leurs homologues masculins.

    REMI Grosses bottes chaussettes
    À propos de nous
    Des questions?
    Bureaux
    Suivez-nous
    Abonnez-vous à notre bulletin électronique